Pour lire le texte dans son contexte

Et tu menaces de m'enlever toi-même la récompense pour laquelle j'ai tant peiné, et que m'ont donnée les fils d'Achéens! Jamais ma récompense n'égale la tienne, quand les Achéens détruisent une ville troyenne bien peuplée. La plus grande part de la guerre aux chocs nombreux, ce sont mes mains qui la font; mais que vienne un partage de butin : à toi la récompense de beaucoup la plus grande, à moi une petite, mais à laquelle je tiens, et que j'emporte à mes vaisseaux, après m'être fatigué à combattre. Toutefois, maintenant, je vais partir pour la Phthie, car il vaut bien mieux retourner chez moi, sur mes vaisseaux recourbés. Je ne pense pas, pour toi, rester ici, sans honneur, à te gagner biens et richesses! Agamemnon, roi de guerriers, répondît : «Fuis donc, si ton coeur t'y pousse! Ce n'est pas moi qui te prierai de rester à cause de moi. Près de moi, d'autres se tiennent pour m'honorer, et, sur tous, Zeus le prudent.