Devoir de type "bac" autour du TEXTE 3 : Ovide, Héroïdes, 7, vers 1-32

 

Fallor et ista mihi falso iactatur imago:
matris ab ingenio dissidet ille suae.
te lapis et montes innataque rupibus altis
quo fugis? obstat hiems. hiemis mihi gratia prosit!
adspice ut eversas concitet Eurus aquas.
quod tibi malueram, sine me debere procellis;
iustior est animo ventus et unda tuo.
Non ego sum tanti, quod non cessaris, inique,
ut pereas, dum me per freta longa fugis.
exerces pretiosa odia et constantia magno,
si, dum me careas, est tibi vile mori.
iam venti ponent, strataque aequaliter unda
caeruleis Triton per mare curret equis.
tu quoque cum ventis utinam mutabilis esses
et, nisi duritia robora vincis, eris.
quid, si nescires, insana quid aequora possunt,
expertae totiens tam male credis aquae?
ut, pelago suadente etiam, retinacula solvas,
multa tamen latus tristia pontus habet.
nec violasse fidem temptantibus aequora prodest;
perfidiae poenas exigit ille locus,
praecipue cum laesus amor, quia mater Amorum
nuda Cytheriacis edita fertur aquis.
Perdita ne perdam, timeo, noceamve nocenti
neu bibat aequoreas naufragus hostis aquas.
vive, precor! sic te melius quam funere perdam,
tu potius leti causa ferere mei.
finge, age, te rapido--nullum sit in omine pondus!--
turbine deprendi; quid tibi mentis erit?
protinus occurrent falsae periuria linguae
et Phrygia Dido fraude coacta mori;
coniugis ante oculos deceptae stabit imago
tristis et effusis sanguinolenta comis.
quidquid id est "tantum merui! concedite!" dicas,
quaeque cadent in te fulmina missa putes!
Da breve saevitiae spatium pelagique tuaeque;

grande morae pretium tuta futura via est.
nec mihi tu curae; puero parcatur Iulo!
te satis est titulum mortis habere meae.
quid puer Ascanius, quid di meruere Penates?
ignibus ereptos obruet unda deos?
sed neque fers tecum, nec, quae mihi, perfide, iactas,
presserunt umeros sacra paterque tuos.
omnia mentiris; neque enim tua fallere lingua
incipit a nobis, primaque plector ego:
si quaeras ubi sit formosi mater Iuli--
occidit a duro sola relicta viro!
haec mihi narraras, at me movere merentem.
inde minor culpa poena futura mea est.
Nec mihi mens dubia est, quin te tua numina damnent:
per mare, per terras septima iactat hiems.
fluctibus eiectum tuta statione recepi
vixque bene audito nomine regna dedi.
his tamen officiis utinam contenta fuissem
nec mea concubitu fama sepulta foret!
illa dies nocuit, qua nos declive sub antrum
caeruleus subitis conpulit imber aquis.
audieram vocem; nymphas ululasse putavi:
Eumenides fatis signa dedere meis.
Exige, laese pudor, poenas, violataque lecti
iura neque ad cineres fama retenta meos!
vosque mei manes animaeque cinisque Sychaei,
ad quas, me miseram, plena pudoris eo.
est mihi marmorea sacratus in aede Sychaeus;
oppositae frondes velleraque alba tegunt.
hinc ego me sensi noto quater ore citari;
ipse sono tenui dixit "Elissa, veni!"
Nulla mora est: venio, venio tibi debita coniunx,--
sum tamen admisso tarda pudore meo!
da veniam culpae; decepit idoneus auctor;
invidiam noxae detrahit ille meae.
diva parens seniorque pater, pia sarcina nati,
spem mihi mansuri rite dedere viri.
si fuit errandum, causas habet error honestas:
adde fidem, nulla parte pigendus erit.
Durat in extremum vitaeque novissima nostrae
prosequitur fati, qui fuit ante, tenor:
occidit internas coniunx mactatus ad aras
et sceleris tanti praemia frater habet,
exul agor cineresque viri patriamque relinquo
et feror in dubias hoste sequente vias;
adplicor ignotis fratrique elapsa fretoque;
quod tibi donavi, perfide, litus emo.
urbem constitui lateque patentia fixi
moenia finitimis invidiosa locis.
bella tument. bellis peregrina et femina temptor
vixque rudis portas urbis et arma paro.
mille procis placui, qui me coiere querentes
nescio quem thalamis praeposuisse suis.
quid dubitas vinctam Gaetulo tradere Iarbae?
praebuerim sceleri bracchia nostra tuo.
est etiam frater, cuius manus impia poscit
respergi nostro sparsa cruore viri.
pone deos et quae tangendo sacra profanas!
non bene caelestis impia dextra colit.
si tu cultor eras elapsis igne futurus,
paenitet elapsos ignibus esse deos.
Forsitan et gravidam Didon, scelerate, relinquas
parsque tui lateat corpore clausa meo.
accedet fatis matris miserabilis infans
et nondum nato funeris auctor eris.
cumque parente sua frater morietur Iuli,
poenaque conexos auferet una duos.
"Sed iubet ire deus." vellem, vetuisset adire
Punica nec Teucris pressa fuisset humus.
hoc duce nempe deo ventis agitaris iniquis
et teris in rapido tempora longa freto?
Pergama vix tanto tibi erant repetenda labore,
Hectore si vivo quanta fuere forent.
non patrium Simoenta petis, sed Thybridis undas,
nempe ut pervenias quo cupis hospes eris.
utque latet vitatque tuis obtrusa carinis,
vix tibi continget terra petita seni.
Hos potius populos in dotem ambage remissa
accipe et advectas Pygmalionis opes.
Ilion in Tyriam transfer felicius urbem
resque loco regis sceptraque sacra tene!
si tibi mens avida est belli, si quaerit Iulus,
unde suo partus Marte triumphus eat,
quem superet, nequid desit praebebimus hostem;
hic pacis leges, hic locus arma capit.
tu modo--per matrem fraternaque tela, sagittas,
perque fugae comites, Dardana sacra, deos!--
sic superent, quoscumque tua de gente reportas
Mars ferus et damni sit modus ille tui
Ascaniusque suos feliciter inpleat annos
et senis Anchisae molliter ossa cubent!--
parce, precor, domui, quae se tibi tradit habendam!
quod crimen dicis praeter amasse meum?
non ego sum Pthias magnisque oriunda Mycenis,
nec steterunt in te virque paterque meus.
si pudet uxoris, non nupta, sed hospita dicar;
dum tua sit Dido, quidlibet esse feret.
Nota mihi freta sunt Afrum plangentia litus;
temporibus certis dantque negantque viam:
cum dabit aura viam, praebebis carbasa ventis;
nunc levis eiectam continet alga ratem.
tempus ut observem, manda mihi: certius ibis,
nec te, si cupies, ipsa manere sinam.
et socii requiem poscunt, laniataque classis
postulat exiguas semirefecta moras.
pro meritis et siqua tibi debebimus ultra,
pro spe coniugii tempora parva peto:
dum freta mitescunt et amor, dum temperat usum,
fortiter edisco tristia posse pati.
Si minus, est animus nobis effundere vitam;
in me crudelis non potes esse diu.
adspicias utinam, quae sit scribentis imago;
scribimus, et gremio Troicus ensis adest;
perque genas lacrimae strictum labuntur in ensem,
qui iam pro lacrimis sanguine tinctus erit.
quam bene conveniunt fato tua munera nostro!
instruis impensa nostra sepulcra brevi.
nec mea nunc primum feriuntur pectora telo:
ille locus saevi vulnus amoris habet.
Anna soror, soror Anna, meae male conscia culpae,
iam dabis in cineres ultima dona meos.
nec consumpta rogis inscribar Elissa Sychaei,
hoc tantum in tumuli marmore carmen erit:
praebuit aeneas et causam mortis et ensem.
ipsa sua Dido concidit usa manu.

La tempête te ferme le chemin de la fuite ; que la tempête me serve et
me favorise. Vois comme l'Eurus soulève et agite les eaux. Ce que j'eusse
préféré te devoir, permets que je le doive aux orages. Le vent et l'onde sont plus justes que ton coeur.
Je ne suis pas d'un assez grand prix, quoique ta perfidie te rende digne de ce sort, pour que tu périsses dans ta fuite à travers le vaste océan. Tu nourris une haine qui doit coûter bien cher,
si, pourvu que tu sois privé de moi, la mort ne te semble rien. Les vents se calmeront bientôt, et sur les ondes devenues tranquilles et unies, Triton sillonnera la mer, emporté par ses coursiers d'azur. Que n'es-tu toi-même mobile comme les vents !
Et tu le seras, si tu ne surpasses en dureté les chênes. Ignorerais-tu donc ce que peuvent les flots en courroux ? Tu te confies à cet élément dont tu as tant de fois éprouvé les perfides caprices ? Que, séduit par l'aspect de la mer, tu lèves l'ancre qui te retient encore, combien de dangers te menacent sur le sein des abîmes. Avoir violé sa foi et s'en remettre à celle des ondes, est dangereux :
elles punissent les infidèles ; elles vengent surtout l'Amour blessé, parce qu'à sa naissance, la mère de l’Amour sortit nue, dit-on, de celles de Cythère. Perdue moi-même, j'en crains d’en perdre un autre, et de nuire à qui me nuit ; je crains que les eaux de la mer n'engloutissent mon ennemi naufragé. [Vis, je t'en conjure ; j'aime mieux te perdre ainsi que d'avoir ta mort à pleurer. Sois plutôt toi-même la cause de mon trépas.
Voyons, imagine-toi (puisse ce présage ne pas s'accomplir ! ) qu'un tourbillon rapide t'a saisi dans ses flancs ; quelles seront tes pensées ? Soudain se présenteront à toi les parjures d'une bouche mensongère,
et Didon forcée de mourir, victime de la perfidie phrygienne. Devant tes yeux l'ombre de ton épouse trompée se dressera triste, sanglante et les cheveux épars. "Tout ce qui m'arrive, diras-tu alors, je l'ai mérité ! Dieux, pardonnez ! " Et la foudre qui tombera, tu la croiras lancée contre toi. Accorde aux rigueurs de la mer et aux tiennes un instant de relâche : une sûre navigation doit être l'inestimable prix de ce délai.] Et ne m'épargne pas ; épargne Iule, ton enfant. C'est assez pour toi de pouvoir t'attribuer ma mort. Mais qu'a fait ton fils Ascagne ? Qu'ont tait tes dieux pénates ? Ces dieux arrachés aux flammes, l'onde les engloutira. Mais non, tu ne les portes pas avec toi ; non, quoique tu t'en vantes à moi, perfide, ni les objets sacrés du culte ni ton père n'ont chargé tes épaules. Tout cela n'est que mensonge ; et ce n'est pas moi que ta langue a commencé à tromper ; je ne suis pas la première que tu aies fait gémir. Si tu cherches où est la mère du charmant Iule ; elle a péri, laissée seule, abandonnée par son cruel époux. Tu me l'avais raconté ; mais ai-je craint pour moi ? Brûle-moi, je le mérite ; ce supplice sera trop doux encore pour ma faute. Je ne doute pas que tes dieux ne se vengent de toi : depuis sept hivers, un destin contraire te fait errer sur la terre et sur les mers. Les flots t'ont jeté sur mes rivages ; je t'ai reçu, je t'ai offert un asile sûr, et à peine eus-je entendu ton nom, que je t'ai donné un royaume. Plût aux dieux que j'eusse borné là mes bienfaits, et que le bruit de notre union fût resté enseveli ! Ce fut un jour fatal que celui où l'orage nous fit chercher, dans un antre profond, un abri contre une pluie soudaine ! J'avais entendu une voix ; je la pris pour le cri des Nymphes : c'étaient les Euménides, qui donnaient le signal à ma destinée.
Pudeur outragée, venge Sichée de la violation de ma foi, en m'accablant de
tortures, au-devant desquelles, malheureuse et pleine de honte, j'irai bientôt moi-même. Dans un temple de marbre est l'image sacrée de Sichée ; des guirlandes de feuillage et
de blancs tissus la protègent et la recouvrent. De là il m'a semblé que sa bouche, qui m'est connue, m'avait appelée quatre fois : il me disait même d'une voix faible :
"Élise, viens." Plus de retard, je viens, je viens à toi, moi l'épouse qui
t'appartient, mais toute fois d'un pas que ralentit la honte de ce que j'ai
fait. Pardonne à ma honte ; l'auteur en est séduisant, et m'a trompée.
Il ôte à ma faute ce qu'elle a d'odieux. La déesse sa mère, son vieux père, le pieux fardeau d'un fils, voilà ce qui m'a donné l'espoir d'une union légitime et durable. Si je devais errer, mon erreur à d'honorables motifs, joins-y la foi donnée, et je n'aurai plus à rougir de rien.
L'influence du destin qui pesait auparavant sur moi se fait sentir, jusqu'à la fin, et me poursuit jusqu'aux derniers instants de ma vie. Mon époux périt immolé aux pieds des autels de son palais, et c'est un frère qui obtient le prix d'un tel forfait. Je m'exile ; j'abandonne les cendres d'un époux et ma patrie ; je fuis, à travers des routes périlleuses, mon ennemi qui me poursuit ; j'aborde sur des plages inconnues : écharpée à mon frère et aux ondes, j'achète le rivage dont je te fis présent, perfide. Je fonde une ville, je l'entoure d'une vaste enceinte de murailles, objet d'envie pour les contrées voisines. Des guerres me menacent ; étrangère et femme, on essaie mes forces dans la guerre. Je fais à la
fois et fermer les portes à peine achevées de ma ville et préparer les armes. Je plais à mille prétendants, qui viennent se plaindre à moi que je leur aie préféré pour époux je ne sais quel étranger. Que balances-tu à me livrer enchaînée au Gétule Iarbas ? Je prêterais mes bras à ton crime. J'ai aussi un frère, dont la main impie, arrosée du sang de mon époux, peut se baigner dans le mien. Laisse là tes dieux et les objets sacrés que tu profanes en les touchant : l'hommage rendu aux immortels par une
main indigne d'eux est une injure. Si c'est pour que tu leur rendes un tel culte que les dieux ont été sauvés de t'incendie, ils regrettent d'avoir échappé aux flammes.Peut-être, barbare, laisses-tu Didon enceinte ; peut-être recélé-je, enfermée dans mon sein, une partie de toi-même. Un malheureux enfant partagera les destinées de sa mère ; et tu seras, avant sa naissance, l'artisan de sa mort. Avec sa mère mourra le frère d'Iule, et un seul supplice enveloppera deux victimes. Mais un dieu t'ordonne de partir ! Je voudrais qu'il t'eût défendu de venir, et que le sol carthaginois n'eût pas été foulé par des Troyens. N'es-tu pas, sous la conduite de ce dieu, le jouet des vents orageux, et ne passes-tu point une
longue suite de jours sur la mer impétueuse ? A peine autant de fatigues
devraient-elles être le prix de ton retour à Pergame, si celle ville était aussi florissante que du vivant d'Hector. Ce n'est pas le Simoïs de ta patrie que tu cherches, mais les ondes du Tibre.
Ne seras-tu donc, pour parvenir au but de tes désirs, qu'un hôte étranger ?
Et, comme la terre que tu poursuis se cache et se dérobe à tes vaisseaux, à peine pourras-tu la toucher dans ta vieillesse.
Renonçant à ces détours, accepte plutôt en dot et ces peuples et les richesses de Pygmalion, que j'ai emportées. Transporte, sous de plus heureux auspices, Ilion dans la ville des Tyriens, et là, monte sur le trône et saisis le sceptre sacré. Si ton âme est avide de combats, si le jeune Iule cherche un triomphe dont la gloire ne se puisse attribuer qu'à ses armes, pour que rien ne manque à ses voeux, nous lui donnerons à vaincre un ennemi : ce royaume peut faire ou des traités de paix ou la guerre. Seulement, au nom de ta mère, au nom des armes fraternelles, au nom des dieux adorés dans la Dardanie, et qui accompagnèrent ta fuite (et puissent, à ce prix, triompher tous ceux de ta nation que tu traînes à ta suite ; cette guerre cruelle être le terme de tes malheurs ; Ascagne parcourir heureusement la suite de ses années ; et les os du vieil Anchise reposer mollement ! ) ; épargne, je t'en conjure, une maison qui se livre et se donne à toi. Quel crime me reproches-tu, que d'avoir aimé ? Je ne suis pas de Phthie ; Mycènes la grande ne m'a pas vue naître : ni mon époux ni mon père n'ont porté contre toi les armes. Si tu crains de
m'avouer pour ton épouse, que ce ne soient pas les liens du mariage, mais ceux de l'hospitalité qui paraissent nous unir. Pourvu qu'elle t'appartienne, Didon consentira à être quoi que ce soit. Je connais la mer qui se brise contre la plage africaine : c'est à des époques déterminées qu'elle offre ou qu'elle refuse une navigation sûre. Lorsque les vents permettront de l'entreprendre, tu livreras tes voiles à leur souffle. Maintenant l'algue légère arrête le vaisseau déjà lancé. Confie-moi le soin d'observer le temps, tu t'éloigneras en sûreté ; et, quand tu le désirerais toi-même, je ne souffrirai pas que tu restes. D'ailleurs tes compagnons réclament du repos ; la flotte endommagée et à peine réparée exige quelques délais. Pour prix de mes services et de ceux que je puis te rendre encore, par l'espoir de notre hymen, je demande un peu de temps. Attends que les flots aient perdu de leur courroux, l'amour de sa violence, et que j'aie appris à supporter courageusement le malheur. Sinon, j'ai résolu de renoncer à la vie. Tu ne peux être longtemps encore cruel envers moi. Que n'as-tu devant les yeux la triste image de celle qui t'écrit. Je t'écris, et l'épée troyenne est près de mon sein ; des larmes coulent de mes
joues sur cette épée nue, qui bientôt, au lieu de larmes, sera trempée de sang. Que ton présent convient bien à ma destinée, et que le tombeau que tu m'élèves t'aura peu coûté ! Ce n'est pas le premier trait qui perce mon sein : le cruel Amour y a déjà fait une blessure. Anne ma sueur, ma soeur Anne, toi, hélas ! la confidente de ma faute, tu vas bientôt offrir à ma cendre les dons suprêmes. Quand le feu du bûcher m'aura consumée, on ne gravera pas sur ma tombe le nom d'Élise, épouse de Sichée. Mais on lira cette inscription sur le marbre funéraire : "Énée, l'auteur de son trépas, en fournit aussi l'instrument ; Didon périt frappée de sa propre main."