TEXTE 5 : L'ILIADE,VI, vers 343-358

Grammaire

Nous vous invitons à relire, si nécessaire, les fiches précédentes (1, 2, 3, 4) pour répondre à des interrogations au sujet de la langue homérique; nous n'aborderons ici que des points non encore évoqués.

a) Les contractions caractéristiques de certains verbes ne sont pas systématiques. Ainsi les verbes attiques contractes en εω peuvent présenter chez Homère des formes non contractées:

ἕζεο = ἑζοῦ

Dans les verbes contractes en -αω la voyelle longue de la contraction est souvent précédée d'une voyelle brève de même son:

ὁρόω= ὁρῶ

ὁράᾳ= ὁρᾷ

b) Homère emploie parfois le relatif ὅς avec un sens démonstratif; il peut aussi avoir la fonction attique du pronom relatif et introduire ainsi une proposition subordonnée relative considérée par exemple comme simple expansion du nom. Notons la forme οἷσιν homérique pour datif pluriel.

οἷσιν ἐπὶ Ζεὺς θῆκε κακὸν μόρον

 

Arrêt sur images: le participe

Pour revoir la morphologie du participe.

En grec le participe est tout particulièrement employé.Précédé de l'article, il devient un nom, il est substantivé.; il équivaut à une relative déterminative et peut être accompagné d'un ou de plusieurs compléments.

Τὰ καλῶς σοι πεπραγμένα, tes belles actions

Le participe peut avoir la fonction d'épithète; il s'accorde alors comme tout adjectif, en genre, en nombre et en cas.

προφέρουσα κακὴ ἀνέμοιο θύελλα

Le participe peut aussi être attribut du sujet ou attribut du complément, après certains verbes.

Le participe enfin peut fonctionner comme une véritable proposition subordonnée qui prend alors des nuances variables de temps, de cause, de but, de concession... Le sens peut parfois être précisé par une particule.

Arrêt sur images: l'infinitif

Pour revoir la morphologie de l'infinitif

a)L'infinitif précédé de l'article [négation μή] devient un nom neutre, ainsi substantivé.Il peut être accompagné d'un sujet qui se mat alors naturellement à l'accusatif (cf. la proposition infinitive)

Τὸ τὴν μητέρα στέργειν τοὺς παῖδας,l'amour de la mère pour les enfants

L'attribut se met lui aussi à l'accusatif , même si le sujet n'est pas exprimé:

Τὸ εἶναι εὐδαίμονα[sous-entendu τινά] , le fait d'être heureux

Précédé d'une préposition, l'infinitif accompagné de l'article peut remplacer une proposition subordonnée de cause, de but ou de temps:

Ἐπὶ τῷ κακόν τι ἡμᾶς ἐργάζεται στράτευειν παρασκευάζονται,

c'est pour nous faire du mal qu'ils préparent une expédition

b) L'infinitif sans l'article [négation μή] peut être le sujet d'un verbe impersonnel ou d'une expression verbale:

χρή, δεῖ, il faut

δοκεῖ, il semble bon

πρέτει, il convient...

Il peut être COD de verbes de volonté:

οὐ δύναμαι μὴ δακρύειν, je ne peux pas ne pas pleurer

Il peut être complément circonstanciel de verbes qui indiquent une destination, une conséquence:

οὐχ αἱ τρίχες ποιοῦσιν αἱ λευκαὶ φρονεῖν ,ce ne sont pas les cheveux blancs qui rendent sages

On peut aussi trouver l'infinitif comme complément d'adjectifs:

ἡδὺς ἰδεῖν,agréable à voir

c) L'infinitif s'emploie absolument dans un certain nombre de locutions formées avec les verbes δεῖν, et εἶναι

ὀλίγου δεῖν, μικροῦ δεῖν ,peu s'en faut

ἑκών εἶναι, volontairement

d) L'infinitif s'emploie absolument avec la valeur d'exhortation ou d'exclamation:

Σὺ δέ,ἐπείγεσθαι, et toi dépêche-toi!

 

 

 

 

 

 

.