TITE-LIVE : La seconde guerre punique

Scipion

helios / sommaire / introduction générale / textes / fiches grammaticales / fiches lexicales / banque d'activités / documents / bibliographie / dictionnaire / dictionnaire des formes / lexique / grammaire / forum

TEXTE N°6 : Tite-Live, Histoire romaine, XXVIII, 43 - 44

"Scipion contre Fabius : un discours de chef"

 

INTRODUCTION

Traduction d'Eugène LASSERRE, Tite-Live, Histoire romaine. T. 6, Paris, Classiques Garnier, 1949

Version imprimable du texte latin : Version imprimable du vocabulaire :

Scipio ita locutus fertur :
"Et ipse Q. Fabius principio orationis, patres conscripti, commemorauit in sententia sua posse obtrectationem suspectam esse ; cuius ego rei non tam ipse ausim tantum uirum insimulare quam ea suspicio, uitio orationis an rei, haud sane purgata est. Sic enim honores suos et famam rerum gestarum extulit uerbis ad exstinguendum inuidiae crimen tamquam mihi ab infimo quoque periculum sit ne mecum aemuletur, et non ab eo [qui, quia super ceteros excellat, [quo me quoque niti non dissimulo], me sibi aequari nolit]. Sic senem se perfunctumque et me infra aetatem filii etiam sui posuit tamquam non longius quam quantum uitae humanae spatium est cupiditas gloriae extendatur maximaque pars eius in memoriam ac posteritatem promineat. Maximo cuique id accidere animo certum habeo ut se non cum praesentibus modo sed cum omnis aeui claris uiris comparent. Equidem haud dissimulo me tuas, Q. Fabi, laudes non adsequi solum uelle sed -bona uenia tua dixerim-, si possim, etiam exsuperare. Illud nec tibi in me nec mihi in minoribus natu animi sit ut nolimus quemquam nostri similem euadere ciuem ; id enim non eorum modo [quibus inuiderimus] sed rei publicae et paene omnis generis humani detrimentum est. Commemorauit quantum essem periculi aditurus si in Africam traicerem, ut meam quoque, non solum rei publicae et exercitus uicem uideretur sollicitus. Unde haec repente cura de me exorta ? cum pater patruusque meus interfecti, cum duo exercitus eorum prope occidione occisi essent, cum amissae Hispaniae, cum quattuor exercitus Poenorum quattuorque duces omnia metu armisque tenerent, cum quaesitus ad id bellum imperator nemo se ostenderet praeter me, nemo profiteri nomen ausus esset, cum mihi quattuor et uiginti annos nato detulisset imperium populus Romanus, quid ita tum nemo aetatem meam, uim hostium, difficultatem belli, patris patruique recentem cladem commemorabat ? utrum maior aliqua nunc in Africa calamitas accepta est quam tunc in Hispania erat ? an maiores nunc sunt exercitus in Africa et duces plures melioresque quam tunc in Hispania fuerunt ? an aetas mea tunc maturior bello gerendo fuit quam nunc est ? an cum Carthaginiensi hoste in Hispania quam in Africa bellum geri aptius est ? facile est post fusos fugatosque quattuor exercitus Punicos, post tot urbes ui captas aut metu subactas in dicionem, post perdomita omnia usque ad Oceanum, tot regulos, tot saeuas gentes, post receptam totam Hispaniam ita ut uestigium belli nullum reliquum sit, eleuare meas res gestas, tam hercule quam, si uictor ex Africa redierim, ea ipsa eleuare [quae nunc retinendi mei causa ut terribilia eadem uideantur uerbis extolluntur]. Negat aditum esse in Africam, negat ullos patere portus. M. Atilium captum in Africa commemorat, tamquam M. Atilius primo accessu ad Africam offenderit, neque recordatur illi ipsi tam infelici imperatori patuisse tamen portus Africae, et res egregie primo anno gessisse et quantum ad Carthaginienses duces attinet inuictum ad ultimum permansisse. Nihil igitur me isto exemplo terrueris. Si hoc bello non priore, si nuper et non annis ante quadraginta ista ita clades accepta foret, qui ego minus in Africam Regulo capto quam Scipionibus occisis in Hispaniam traicerem ? Nec felicius Xanthippum Lacedaemonium Carthagini quam me patriae meae sinerem natum esse, cresceretque mihi ex eo ipso fiducia quod possit in hominis unius uirtute tantum momenti esse. At etiam Athenienses audiendi sunt temere in Siciliam omisso domi bello transgressi. Cur ergo, quoniam Graecas fabulas enarrare uacat, non Agathoclem potius, Syracusanum regem, cum diu Sicilia Punico bello ureretur, transgressum in hanc eandem Africam auertisse eo bellum [unde uenerat] refers ?

44. Sed quid, ultro metum inferre hosti et ab se remoto periculo alium in discrimen adducere quale sit, ueteribus externisque exemplis admonere opus est ? maius praesentiusue ullum exemplum esse quam Hannibal potest ? multum interest alienos populare fines an tuos uri exscindi uideas ; plus animi est inferenti periculum quam propulsanti. Ad hoc maior ignotarum rerum est terror : bona malaque hostium ex propinquo ingressus fines adspicias. Non sperauerat Hannibal fore ut tot in Italia populi ad se deficerent : defecerunt post Cannensem cladem ; quanto minus quicquam in Africa Carthaginiensibus firmum aut stabile est infidis sociis, grauibus ac superbis dominis. Ad hoc nos, etiam deserti ab sociis, uiribus nostris, milite Romano stetimus ; Carthaginiensi nihil ciuilis roboris est : mercede paratos milites habent, Afros Numidasque, leuissima fidei mutandae ingenia. Hic modo nihil morae sit, una et traiecisse me audietis et ardere bello Africam et molientem hinc Hannibalem et obsideri Carthaginem. Laetiores et frequentiores ex Africa exspectate nuntios quam ex Hispania accipiebatis. Has mihi spes subicit fortuna populi Romani, di foederis ab hoste uiolati testes, Syphax et Masinissa reges [quorum ego fidei ita innitar] ut bene tutus a perfidia sim.
Multa [quae nunc ex interuallo non apparent] bellum aperiet : id est uiri et ducis, non deesse fortunae praebenti se et oblata casu flectere ad consilium. Habebo, Q. Fabi, parem [quem das] Hannibalem ; sed illum ego potius traham quam ille me retineat. In sua terra cogam pugnare eum, et Carthago potius praemium uictoriae erit quam semiruta Bruttiorum castella. Ne quid interim dum traicio, dum expono exercitum in Africa, dum castra ad Carthaginem promoueo, res publica hic detrimenti capiat, [quod tu, Q. Fabi, cum uictor tota uolitaret Italia Hannibal potuisti praestare], hoc uide ne contumeliosum sit concusso iam et paene fracto Hannibale negare posse P. Licinium consulem, uirum fortissimum, praestare, [qui ne a sacris absit pontifex maximus ideo in sortem tam longinquae prouinciae non uenit]. Si hercules nihilo maturius hoc [quo ego censeo] modo perficeretur bellum, tamen ad dignitatem populi Romani famamque apud reges gentesque externas pertinebat, non ad defendendam modo Italiam sed ad inferenda etiam Africae arma uideri nobis animum esse, nec hoc credi uolgarique [quod Hannibal ausus sit] neminem ducem Romanum audere, et priore Punico bello tum cum de Sicilia certaretur totiens Africam ab nostris exercitibusque et classibus oppugnatam, nunc cum de Italia certetur Africam pacatam esse. Requiescat aliquando uexata tam diu Italia : uratur euasteturque in uicem Africa. Castra Romana potius Carthaginis portis immineant quam nos iterum uallum hostium ex moenibus nostris uideamus. Africa sit reliqui belli sedes ; illuc terror fugaque, populatio agrorum, defectio sociorum, ceterae belli clades, [quae in nos per quattuordecim annos ingruerunt], uertantur. Quae ad rem publicam pertinent et bellum [quod instat] et prouincias de [quibus agitur] dixisse satis est : illa longa oratio nec ad uos pertinens sit, si quemadmodum Q. Fabius meas res gestas in Hispania eleuauit sic ego contra gloriam eius eludere et meam uerbis extollere uelim. Neutrum faciam, patres conscripti, et si nulla alia re, modestia certe et temperando linguae adulescens senem uicero. Ita et uixi et gessi res ut tacitus ea opinione [quam uestra sponte conceptam animis haberetis] facile contentus essem."

Scipion, dit-on, parla ainsi :
"Quintus Fabius lui-même, Pères Conscrits, au début de son discours, a dit que son avis pouvait être suspect de dénigrement ; je n'oserais guère moi-même accuser d'une telle chose un si grand homme ; mais ce soupçon -que la faute en incombe à son discours ou aux faits eux-mêmes- il ne s'en est pas entièrement lavé. Il a, en effet, pour étouffer l'accusation de jalousie, vanté ses charges et la gloire de ses exploits comme si c'était le citoyen le plus humble qui risquait de rivaliser avec moi, et non celui qui, à cause de sa supériorité sur tous (à laquelle je tends moi aussi, je ne le dissimule pas), ne veut point qu'on m'égale à lui ; il s'est posé en vieillard, en homme ayant rempli tous les honneurs, et m'a mis, pour l'âge, plus bas que son fils même, comme si le désir de la gloire ne s'étendait pas au-delà des bornes de la vie humaine, comme si la gloire, en sa plus grande partie, ne se prolongeait pas dans la mémoire des hommes et la postérité. C'est aux plus grands hommes, je le tiens pour certain, qu'il arrive de se comparer non seulement à leurs contemporains, mais aux personnages illustres de tous les temps. Et en vérité, je ne cache pas, Quintus Fabius, que je désire non seulement atteindre ta gloire, mais -permets-moi de le dire- si je le puis, la surpasser. Refusons-nous, toi à mon sujet, moi au sujet des hommes plus jeunes, à souhaiter qu'il n'apparaisse aucun citoyen qui nous ressemble ; ce serait en effet porter tort non seulement à ceux que nous envierions, mais à l'État, et presque à tout le genre humain. Fabius a dit quels grands périls j'allais affronter si je passais en Afrique, de façon à sembler s'inquiéter de moi-même, et non pas seulement de l'état et de l'armée. D'où lui vient cette brusque sollicitude pour moi ? Quand mon père et mon oncle eurent été tués, quand leurs deux armées eurent été presque exterminées, quand les Espagnes eurent été perdues, quand quatre armées carthaginoises et leurs quatre généraux tenaient tout sous la crainte de leurs armes, quand, cherchant un général pour cette guerre, on ne voyait se présenter personne que moi, personne n'ayant osé donner son nom, quand, à moi, jeune homme de vingt-quatre ans, le peuple romain avait donné le commandement en chef, pourquoi, alors, n'y avait-il personne pour signaler mon âge, la force de l'ennemi, les difficultés de la guerre, le malheur récent de mon père et de mon oncle ? A-t-on subi maintenant en Afrique un désastre plus grand qu'alors en Espagne ? Les armées, maintenant, sont-elles plus grandes en Afrique, les généraux plus nombreux et meilleurs qu'ils ne l'étaient alors en Espagne ? Mon âge était-il alors, pour faire une guerre, plus mûr que maintenant ? Est-il plus aisé, avec les Carthaginois comme ennemis, de faire la guerre en Espagne qu'en Afrique ? Il est facile, après la défaite et la déroute de quatre armées carthaginoises, après la conquête de tant de villes, prises de force ou réduites par la crainte, après la soumission de tout le pays jusqu'à l'Océan, de tant de petits rois, de tant de nations barbares, après que j'ai reconquis toute l'Espagne si bien qu'il n'y reste pas trace de guerre, de rabaisser mes exploits ; autant, ma foi, que, si je revenais vainqueur d'Afrique, il serait facile de rabaisser ces difficultés mêmes que maintenant, pour me retenir, on exagère afin qu'elles paraissent terribles. Fabius dit qu'il n'y a pas de point où aborder en Afrique, il dit qu'aucun port ne nous est ouvert ; il rappelle que Marcus Atilius a été pris en Afrique, comme si Marcus Atilius avait échoué dès son arrivée en Afrique ; et il oublie que même ce général si malheureux trouva des ports ouverts en Afrique, qu'il y remporta, la première année, les plus grands succès, et qu'en ce qui regarde les généraux carthaginois, il resta invaincu jusqu'à la fin. Tu ne peux donc m'effrayer en rien avec ton exemple. Et même si c'était dans cette guerre, et non dans la première, récemment, et non il y a quarante ans, que cette défaite avait été subie, comment la capture de Régulus m'empêcherait-elle de passer en Afrique plus que la mort des Scipions ne m'a empêché de passer en Espagne ? Je ne saurais permettre que la naissance du Lacédémonien Xanthippe ait été plus heureuse pour Carthage que la mienne pour ma patrie ; ce serait même un motif d'augmenter ma confiance, que la valeur d'un seul homme puisse être d'un tel poids. Mais, dit-on, il faut aussi écouter l'exemple des Athéniens, passés témérairement en Sicile, en laissant une guerre chez eux. Pourquoi donc, puisqu'on a le temps de nous raconter les fables des Grecs, ne rappelles-tu pas plutôt qu'Agathocle, roi de Syracuse, la Sicile étant, depuis longtemps, ravagée par une guerre punique, passa dans cette même Afrique, et rejeta la guerre sur le pays d'où elle était venue ?

 

44. Mais pour montrer l'importance qu'il y a à porter, en prenant l'offensive, l'inquiétude chez l'ennemi et à détourner de soi le danger pour mettre l'adversaire dans une situation critique, qu'est-il besoin d'exemples anciens et étrangers ? Peut-il y avoir exemple plus grand, plus actuel qu'Hannibal ? Il y a une grande différence entre ravager un territoire étranger et voir le sien dévasté par le feu et par le fer ; l'ardeur est plus grande chez qui apporte le danger que chez qui le repousse ; en outre, c'est de l'inconnu qu'on a le plus peur ; le fort et le faible de l'ennemi, c'est de près, une fois sur son territoire, qu'on peut les voir. Hannibal n'avait pas espéré qu'en Italie, il passerait à lui autant de peuples qu'il en passa après la défaite de Cannes ; combien tout, en Afrique, pourrait se montrer encore moins solide et moins stable pour les Carthaginois, alliés infidèles, maîtres à charge et arrogants. De plus, nous, Romains, même abandonnés par nos alliés, nous nous sommes soutenus grâce à nos propres forces, grâce au soldat romain ; Carthage ne trouve aucune force chez ses citoyens ; ses soldats sont des mercenaires, Africains et Numides, qui, par nature, changent d'engagement à la légère. Que seulement je ne trouve pas d'obstacle ici ; en même temps, vous apprendrez que j'ai passé la mer, que la guerre met l'Afrique en feu, et que, tandis qu'Hannibal lève l'ancre d'ici, Carthage est assiégée ; attendez d'Afrique des nouvelles plus heureuses et plus fréquentes que vous n'en receviez d'Espagne. Ce qui me suggère ces espoirs, c'est la fortune du peuple romain, les dieux témoins du traité violé par l'ennemi, les rois Syphax et Masinissa, sur la loyauté desquels je compte dans la mesure où je suis solidement garanti contre leur déloyauté. Bien des choses qui, maintenant, à distance, n'apparaissent pas, la guerre les découvrira ; et il appartient à un homme, à un général, de ne pas manquer à la fortune quand elle se présente, et de faire entrer dans ses plans ce que lui offre le hasard. J'aurai comme antagoniste, Quintus Fabius, celui que tu m'assignes, Hannibal ; mais je l'entraînerai, au lieu qu'il me retienne ; je le forcerai à combattre sur sa terre, et Carthage sera le prix de la victoire, plutôt que les forts à demi-ruinés du Bruttium. Que pendant ma traversée, pendant mon débarquement en Afrique, pendant que je pousserai mon camp vers Carthage, l'état romain ne subisse aucun dommage, si tu as pu, Quintus Fabius, l'obtenir, alors qu'Hannibal vainqueur courait partout en Italie, prends garde que, maintenant qu'Hannibal est déjà ébranlé et presque brisé, il ne soit outrageant pour le consul Publius Licinius, cet homme si courageux, de dire qu'il ne peut l'obtenir, lui qui, pour ne pas s'éloigner de nos cérémonies religieuses, étant souverain pontife (et pour cela seulement) n'a point pris part au tirage au sort pour une province si lointaine. Et même si, ma foi, le moyen dont je suis partisan ne hâtait pas la fin de la guerre, il conviendrait pourtant à la dignité du peuple romain, et à son prestige auprès des rois et des nations étrangères, de montrer que nous avons le courage non seulement de défendre l'Italie, mais de porter les armes en Afrique, de ne pas laisser croire et raconter que, ce qu'Hannibal a osé, aucun chef romain ne l'ose, et que si, pendant la première guerre punique, alors qu'on luttait pour la Sicile, nos armées et nos flottes ont si souvent attaqué l'Afrique, maintenant, alors qu'on lutte pour l'Italie, l'Afrique reste en paix. Que la tranquillité règne enfin dans l'Italie longtemps tourmentée : qu'on brûle, qu'on dévaste à son tour l'Afrique ; qu'un camp romain menace les portes de Carthage, plutôt que nous ne voyions à nouveau, de nos murailles, les retranchements ennemis ; que l'Afrique soit le siège de la fin de la guerre ; rejetons sur elle la terreur et la fuite, le pillage des champs, les trahisons d'alliés, tous les autres malheurs qu'entraîne la guerre et qui se sont rués sur nous durant quatorze ans. Sur ce qui touche aux affaires de l'état, à la guerre imminente, aux "provinces" dont il s'agit, j'en ai assez dit ; ce discours serait long et sans intérêt pour vous si, comme Quintus Fabius a rabaissé mes exploits en Espagne, je voulais en réponse railler sa gloire et exalter la mienne. Je ne ferai ni l'un ni l'autre, Pères Conscrits, et, sinon par d'autres titres, du moins par ma modération et la retenue de mon langage, je l'emporterai, quoique jeune, sur le vieillard. J'ai vécu et agi de façon à trouver sans rien dire, dans l'opinion que vous conceviez spontanément et que vous gardiez de moi, de quoi me satisfaire facilement."

 

GRAMMAIRE
EXPLICATIONS

 

VOCABULAIRE

Les noms propres sont indiqués dans EXPLICATIONS
La liste de vocabulaire peut être ouverte dans une nouvelle fenêtre et, donc, juxtaposée au texte.

principium, ii, n. : le commencement
oratio, onis, f. : le discours
obtrectatio, onis, f : dénigrement, jalousie
suspicio, is, ere, suspexi, suspectum : soupçonner, estimer
audeo, es, ere, ausus sum : oser
tantus, a, um : si grand
insimulo, as, are : accuser (faussement)
haud, adv. : vraiment pas, pas du tout
sane, adv. : vraiment, parfaitement
purgo, as, are : dégager, nettoyer
res gestae (de gerere) : les exploits
extollo, is, ere, extuli, - : lever hors de, élever, exalter
exstinguo, is, ere, exstinxi, exstrinctum : éteindre, faire disparaître, faire mourir
inuidia, ae, f. : jalousie, envie, haine
crimen, inis, n. : l'accusation, le chef d'accusation, le grief
tamquam (si) + subj. : comme si
infimus, a, um : le plus bas, le dernier
aemulor, aris, ari, aemulatus sum : imiter, suivre
excello, is, ere : être supérieur
nitor, eris, i, nixus sum : s'appuyer sur, s'efforcer de
perfungor, eris, perfungi, perfunctus sum : s'acquitter de, avoir accompli
quantum, adv. : combien
spatium, ii, n. : la distance, l'espace (lieu ou temps)
extendo, is, ere, tendi, tensum (tum) : étendre, étirer
promineo, es, ere, prominui : faire saillie, s'avancer
accido, is, ere, accidi : arriver
aeuum, i, n. : époque, durée, âge
comparo, as, are : comparer
equidem, adv. : bien sûr, évidemment
adsequor, eris, i, adsecutus sum : atteindre
uenia, ae, f. : le pardon, la bienveillance, la faveur
exsupero, as, are : surpasser
minor natu : le (la) plus jeune
quisquam, quaequam, quidquam ou quic- : quelque, quelqu'un, quelque chose
euado, is, ere, euasi, euasum : s'échapper ; finir par devenir
inuideo, es, ere, inuidi, inuisum : être jaloux, envier
paene, adv. : presque
uicis, gén, acc. uicem, f. : tour, retour
sollicitus, a, um : inquiet, soucieux
exorior, iris, iri, exortus sum : naître, se présenter
occidio, onis, f : massacre
occido, is, ere, occidi, occisum : tuer, abattre
amitto, is, ere, amisi, amissum : perdre
metus, us, m. : peur, crainte
quaero, is, ere, quaesiui, quaesitum : chercher, demander
ostendo, is, ere, ostendi, ostentum : tendre, montrer
praeter, adv. : sauf, si ce n'est
profiteor, eris, eri, professus sum : déclarer ouvertement, reconnaître
defero, fers, deferre, detuli, delatum : présenter, accorder
aetas, atis, f. : l'âge
clades, is, f. : perte, désastre militaire, grave défaite
fundo, is, ere, fusi, fusum : étendre, disperser
subigo, is, ere, subegi, subactum : pousser de force, contraindre
dicio, onis, f. : domination, pouvoir
perdomo, as, are, perdomui, perdomitum : soumettre
regulus, i, m. : le jeune roi, le roi d'un petit royaume
uestigium, ii, n. : trace de pas, trace
reliquus, a, um : restant
hercule (ou hercules) : par Hercule !
nego, as, are : nier
aditus, us, m. : accès
pateo, es, ere, patui : être ouvert (+ dat., à qqn)
accessus, us, m. : l'approche
offendo, is, ere, offendi, offensum : se heurter contre, heurter
recordor, aris, ari : rappeler, se souvenir
egregie, adv. : de manière remarquable
attinet : il importe
ultimus, a, um : dernier ; ad ultimum : jusqu'à la fin
permaneo, es, ere, permansi, permansum : demeurer, rester
terreo, es, ere, terrui, territum : effrayer, épouvanter
nuper, adv. : naguère, récemment
sino, is, ere, siui, situm : permettre, laisser
cresco, is, ere, creui, cretum : croître
momentum, i, n. : le mouvement, l'influence, le poids
temere, adv. : à la légère, au hasard
omitto, is, ere, omisi, omissum : abandonner, laisser aller
transgredior, eris, i, transgressus sum : traverser, franchir
enarro, as, are : raconter dans les détails
uaco, as, are : être vide, être inoccupé, oisif, avoir le loisir de
uro, is, ere, ussi, ustum : brûler
auerto, is, ere, auerti, auersum : détourner, repousser


*****************

ultro, adv. : en plus, spontanément
removeo, es, ere, removi, remotum : éloigner
discrimen, inis, n. : la différence, la position critique
admoneo, es, ere, admonui, admonitum : rappeler, avertir
intersum, es, esse, interfui : différer
populo, as, are : ravager
exscindo, is, ere, excidi, excissum : détruire, mettre en pièces
propulso, as, are : repousser
ignotus, a, um : inconnu
ingredior, eris, ingredi, ingressus sum : entrer
finis, is, f. : la limite, la fin ; pl., les frontières, le territoire
aspicio, is, ere, aspexi, aspectum : regarder, examiner, considérer, voir
deficio, is, ere, defeci, defectum : faillir, faire défection
desero, is, ere, deserui, desertum : abandonner
robor, oris, n. : chêne, force, vigueur
merces, edis, f. : salaire, récompense, prix
leuis, e : léger
mora, ae, f. : délai, retard, obstacle
una, adv. : ensemble, en même temps
ardeo, es, ere, arsi, arsum : brûler
molior, iris, iri, molitus sum : mettre en mouvement, faire des manoeuvres
obsideo, es, ere, obsedi, obsessum : assiéger, bloquer, investir
laetus, a, um : joyeux
frequens, entis : fréquenté, populaire
exspecto, as, are : attendre, espérer
nuntius, ii, m. : le messager ; la nouvelle
subicio, is, ere, subieci, subiectum : placer sous, soumettre
foedus, foederis, n. : traité
testis, is, m. : témoin
innitor, eris, i, innixus sum : s'appuyer sur
aperio, is, ire, aperui, apertum : ouvrir, mettre au grand jour
praebeo, es, ere, praebui, praebitum : fournir ; se praebere : se présenter
offero, fers, ferre, obtuli, oblatum : offrir, donner
casus, us, m. : le hasard
flecto, is, ere, flexi, flexum : courber, plier
traho, is, ere, traxi, tractum : entraîner
cogo, is, ere, egi, actum : rassembler ; forcer
potius, inv. : plutôt
praemium, ii, n. : récompense
semirutus, a, um : à demi écroulé
castellum, i, n. : redoute, fortin
interim, adv. : pendant ce temps, dans l'intervalle
expono, is, ere, exposui, expositum : mettre dehors, exposer, montrer
promoueo, es, ere, promoui, promotum : faire avancer, agrandir, promouvoir
uolito, as, are : voltiger, voleter, courir çà et là
praesto, as, are : l'emporter sur, être garant, fournir
contumeliosus, a, um : outrageant, injurieux
concutio, is, ere, concussi, concussum : agiter, secouer, ébranler
frango, is, ere, fregi, fractum : briser, anéantir
pontifex, icis, m. : pontife
ideo, adv. : pour cette raison
nihilo, adv. : pas du tout
maturus, a, um : mûr, favorable
censeo, es, ere, censui, censum : estimer, être d’avis
perficio, is, ere, perfeci, perfectum : achever
pertineo, is, ere, pertinui : appartenir à, concerner
volgo, as, are : répandre (une rumeur), publier
totiens, adv. : tant de fois
classis, is, f. : flotte
pacatus, a, um : paisible
requiesco, is, ere, requieui, requietum : se reposer
aliquando, adv. : un jour, une fois
uexo, as, are : secouer violemment ; persécuter, piller
euasto, as, are : ravager
iterum, adv. : de nouveau
uallum, i, n. : palissade, retranchement
moenia, ium, n. : les murs, les murailles
sedes, is, f. : siège, place
ingruo, is, ere, ingrui, - : fondre sur, attaquer
uerto, is, ere, uerti, uersum : tourner, changer, traduire
insto, as, are, insstiti : être imminent
satis, adv. : assez, suffisamment
quemadmodum, adv. : comme
eleuo, as, are : élever, enlever, rabaisser (en paroles)
eludo, is, ere, elusi, elusum : se jouer de
neuter, tra, trum : aucun des deux
tempero, as, are : garder la mesure ; + dat., maîtriser
uinco, is, ere, uici, uictum : vaincre
uiuo, is, ere, uixi, uictum : vivre
tacitus, a, um : tacite, muet
uester, tra, trum : votre
sponte, adv. : d'après la volonté de quelqu'un (mea, tua, sua -)
concipio, is, ere, concepi, conceptum : faire naître, produire
contentus, a, um : content de, satisfait de

 

 

GRAMMAIRE

  • Au fil du texte :
    • ausim : forme archaïque de subjonctif présent du verbe audere.
    • utrum... an... an... an : Cf. texte 1
    • quanto minus : l'adverbe en -o, à la place de quantum, est employé devant un comparatif.
    • Trois phrases un peu "difficiles"...
  • 1. Cur ergo,                     quoniam Graecas fabulas enarrare uacat    
                     non Agathoclem potius, Syracusanum regem,
                                     cum diu Sicilia Punico bello ureretur,
                     transgressum in hanc eandem Africam auertisse eo bellum
                                     unde
    uenerat
              refers ?

    Retour au texte

    2. Ne quid interim
               dum traicio,
               dum expono exercitum in Africa,
               dum castra ad Carthaginem promoueo,
            res publica hic detrimenti capiat,
                       quod tu, Q. Fabi,
                               cum uictor tota uolitaret Italia Hannibal
                       potuisti praestare,
            hoc uide
                ne contumeliosum sit             concusso iam et paene fracto Hannibale
                        negare posse P. Licinium consulem, uirum fortissimum, praestare,
                               qui
                                        ne a sacris absit
                               pontifex maximus ideo in sortem tam longinquae prouinciae non uenit.

    Retour au texte

    3. Si hercules nihilo maturius hoc
                      quo ego censeo
            modo perficeretur bellum,
            tamen ad dignitatem populi Romani famamque apud reges gentesque externas pertinebat,
                     -  non ad defendendam modo Italiam
                        sed ad inferenda etiam Africae arma       uideri       nobis animum esse,

                     - nec hoc                                                        credi uolgarique

                                       quod Hannibal ausus sit
                                       - neminem ducem Romanum audere,
                                       - et priore Punico bello tum
                                   
               cum de Sicilia certaretur
                                                          totiens Africam ab nostris exercitibusque et classibus oppugnatam (esse),
                                        nunc
                                              cum de Italia certetur
                                                        Africam pacatam esse.

    Retour au texte

  • Les points de grammaire :

Les points de grammaire importants font l'objet d'une fiche de grammaire.

 

EXPLICATIONS

patres conscripti, orum, m. : les sénateurs, les pères conscrits (inscrits ensemble sur la liste des sénateurs).

Ipse Q. Fabius principio orationis... commemorauit : discours de Fabius.

Sic enim honores suos et famam rerum gestarum extulit uerbis : discours de Fabius.

Sic senem se perfunctumque et me infra aetatem filii etiam sui posuit : discours de Fabius.

Commemorauit quantum essem periculi aditurus si in Africam traicerem : discours de Fabius.

patris patruique recentem cladem : le père et l'oncle de Scipion, Publius et Gnaeus, sont morts en Espagne.

Negat aditum esse in Africam, negat ullos patere portus : discours de Fabius.

cum quaesitus ad id bellum imperator nemo se ostenderet praeter me, nemo profiteri nomen ausus esset, cum mihi quattuor et uiginti annos nato detulisset imperium populus Romanus : lire le récit de l'élection de Scipion.

M. Atilium captum in Africa commemorat, tamquam M. Atilius primo accessu ad Africam offenderit, neque recordatur illi ipsi tam infelici imperatori patuisse tamen portus Africae, et res egregie primo anno gessisse et quantum ad Carthaginienses duces attinet inuictum ad ultimum permansisse et infra Regulo capto : Marcus Atilius Regulus, prisonnier des Carthaginois, fut retenu captif pendant deux ans. Il fut ensuite envoyé à Rome pour demander, au nom de Carthage, la paix et un échange de prisonniers, sous le serment de revenir si les Romains refusaient de traiter. Persuadé que la guerre amènerait le triomphe de la République et la ruine de Carthage, Regulus dissuada le Sénat de consentir à la paix, condition même de sa liberté. Puis, malgré les supplications de ses concitoyens et de sa famille, il refusa de violer son serment et retourna se livrer entre les mains de ses ennemis. La légende raconte que les Carthaginois, pour le punir d'avoir fait échouer la négociation, le firent périr dans les plus affreux supplices, lui arrachant les paupières, l'exposant, enduit de miel, aux rayons d'un soleil brûlant et aux piqûres des insectes, le roulant du haut d'une montagne dans un tonneau hérissé de pointes de ferů Cf. discours de Fabius.

Scipionibus occisis : cf. supra.

Xanthippus, i, m. : Xanthippe (général grec) ; Lacedaemonius, i, m. : le Lacédémonien, le Spartiate. Il entraîna l'armée carthaginoise selon de nouvelles méthodes et lui permit de remporter une victoire contre les Romains en 255 ; c'est lors de cette bataille que Régulus fut fait prisonnier.

Graecas (Graecus, a, um : Grec) fabulas enarrare discours de Fabius

Agathocles, is, m., Agathocle ; il se fait proclamer roi de Syracuse (Syracusanus, a, um : de Syracuse) en 305 puis cherche à s'emparer d'autres villes de Sicile dont Carthage prendra la défense. En 311, Syracuse est prise par les Carthaginois et Agathocle prend la fuite. Lire une allusion à ce tyran dans le portrait d'Hannibal par Polybe.

Atheniensis, is, m. : Athénien

Ad hoc maior ignotarum rerum est terror : c'est une maxime chère à Tite-Live. Cf., par exemple, texte 2.

infidis sociis : une allusion à la perfidia punica ; cf. texte 1

mercede paratos milites habent, Afros Numidasque, leuissima fidei mutandae ingenia : il s'agit peut-être d'une allusion à la guerre des mercenaires.

Syphax, acis, m. et Masinissa, ae, m. sont des rois numides alliés des Romains au moment où Scipion prononce son discours. Plus tard, Syphax ralliera les Carthaginois (poussé par Sophonisbe, sa femme, Histoire romaine, XXX, 11) et sera vaincu par Masinissa, resté fidèle à Scipion. Cf. discours de Fabius.

Bruttius, a, um : du Bruttium (Bruttii, orum : les habitants de Bruttium), région d'Italie la plus au sud. Cf. carte.

Publius Licinius Crassus, consul et grand pontife.